Chargement…
Formation Lean Conseil et coaching

Entreprise 4.0 : révolution digitale

L’entreprise 4.0 allie l’humain et les technologies connectées pour plus de flexibilité.

consultant et formateur, experts terrainDans un monde ultra connecté et de plus en plus digitalisé, les consommateurs sont en attente de solutions immédiates et personnalisées. Le digital bouleverse bien des business models, dont ceux de l’industrie et des services. Comment entrer dans l’ère du big data et anticiper ces changements inéluctables pour les transformer en formidables opportunités de croissance ? »

Pascal VanBerten, consultant associé chez Progress Partners, nous dévoile les enjeux de l’entreprise du futur… et explique comment y répondre en s’appuyant sur le numérique.

Pascal VANBERTEN - Ingénieur ICAM – Certifié Lean Six Sigma Master Black Belt

 


M. VANBERTEN, comment définiriez-vous l’entreprise 4.0 ?

expertise Progress PartnersL’entreprise 4.0 se situe au croisement de quatre concepts clés : l’entreprise flexible, l’entreprise étendue, l’entreprise responsable, l’entreprise tournée vers l’homme. Alors, ma conviction est que le digital crée le lien entre ces quatre briques. Il les articule, tout en souplesse :

  • L’entreprise 4.0 est tournée vers l’Homme, qui revient au centre du système. En conséquence, il exploite les données des dispositifs interconnectés pour apporter une réponse sur-mesure et instantanée aux consommateurs. Dans l’entreprise, la place de l’Homme est constamment ré-évaluée via l’amélioration de l’ergonomie, la diminution de la pénibilité et l’évolution des compétences métier.
  • L’entreprise gagne en flexibilité par l’utilisation d’équipements robotisés et connectés. Donc l’enjeu est de générer de la Valeur Ajoutée et d’organiser la fluidité de l’expression du besoin Client jusqu’à sa Satisfaction. Cela nécessite de repenser totalement les moyens de fabrication, de contrôle et de gestion de flux. L’entreprise devient plus intelligente, adaptable et reconfigurable.
  • Elle devient étendue en implémentant des systèmes d’informations au-delà de ses propres périmètres. Les stratégies d’implantation géographique changent également au profit d’un rapprochement vers ses clients. Enfin, elle se dévoile, se différencie, en communiquant, notamment via les réseaux sociaux.
  • L’importance croissante des enjeux environnementaux vont de pair avec sa responsabilité : l’industrie 4.0 notamment doit être plus propre, plus respectueuse des ressources. Par ailleurs, les autres secteurs vont être innovants dans la manière d’amener le service aux consommateurs.

Comment les entreprises peuvent-elles se préparer à vivre cette (r)évolution ??

Il est vrai que la relation client se transforme de plus en plus (AMAZON est un bon exemple). Tout d’abord, selon moi, l’entreprise qui saura s’y adapter ne pourra passer outre une écoute attentive de la voix du client (VOC). En effet, elle devra réellement se projeter, non plus sur son produit, mais sur les attentes du marché.

  • Prenons l’exemple du secteur automobile : le marché attend des produits de plus en plus personnalisables. Par ailleurs, dans notre monde ultra-connecté, les clients acceptent difficilement que leurs desiderata de personnalisation ne puissent être pris en compte en dernière minute.

L’entreprise à l’écoute de ces attentes pourra y répondre grâce aux technologies digitales. Les informations seront stockées, analysées et échangées en temps réel pour permettre un ajustement sur :

  • Processus de commande,
  • Gestion des pièces,
  • Fabrication, ou de montage,
  • Reconditionnement des véhicules.

Toute la circulation de l’information et l’enchaînement des processus deviennent beaucoup plus rapides et agiles.

Notre formation Les métiers logistiques face aux nouveaux enjeux de performance et d’agilité prend d’ailleurs en compte ces aspects d’enjeux de flexibilité.

Les outils digitaux promettent une flexibilité aujourd’hui impensable. Pour peu que, dans leur conception, les centres de production s’y soient préparés. Mon approche des projets de construction d’usine se fait d’ores-et-déjà dans une optique 4.0 (RFID, Balises iBeacon…). Les activités qui font les succès d’aujourd’hui ne sont pas forcément celles qui pérenniseront l’activité demain. Que ce soit en termes d’évolutions technologiques ou d’attentes du marché, le factory design tel que je l’entends doit au plus tôt poser ces questions.

Exemple d’un acteur de l’industrie automobile      

Ainsi, nous avons récemment accompagné un acteur du marché automobile sur Internet. Nous l’avons accompagné dans l’analyse et la prise en compte de la voix de ses clients, dans une optique 4.0. Du recueil des attentes à l’extension de la VOC pour détecter de nouvelles cibles, en passant par  l’analyse des big data, le projet permet de définir sur quels véhicules d’occasion investir pour gagner en rentabilité dans une démarche de reconditionnement ; et arriver à mieux monitorer l’activité de production, notamment en connaissant précisément les délais d’approvisionnement des pièces détachées. La différenciation retardée des véhicules peut ainsi se mettre en place jusqu’au dernier moment.

 

Considérons, par exemple que l’écoute de la VOC doit plus que jamais être au cœur de la stratégie des entreprises. D’autant plus pour devenir un avantage concurrentiel différenciant.

 

Accompagnement de Progress Partners sur le marché pharmaceutique

Dans le secteur pharmaceutique, le factory design a permis de générer un gain de :

  • 50% de Lead Time par rapport aux usines actuelles
  • 3M€ par rapport à une conception traditionnelle d’usine
  • Et des gains intangibles tels que l’amélioration de la flexibilité de l’usine.

L’entreprise 4.0 se rapproche donc de ses clients ?

conseil, expertise Progress PartnersEn effet, car l’analyse des big data et les outils digitaux aident à mieux capter la VOC. Dans ces conditions, il est plus facile de la prendre en compte au plus près des phases d’industrialisation ou de production, voire de réagir en temps réel pour apporter des ajustements ou des corrections en bout de ligne.

L’industrie 4.0 marche plus ou moins dans les traces de la voie tracée par Apple. En effet, en dévoilant ses usines de production, le géant à la pomme joue sur un sentiment de transparence et de proximité qui plaît aux consommateurs… et fait son succès.

  • Dévoiler son entreprise ou ses usines à ses clients ?
  • Montrer le processus de fabrication ?
  • Dévoiler ses processus en général et mettre en avant ses valeurs, plus que la qualité des produits ?

C’est un challenge dans lequel le digital joue un puissant rôle de facilitateur au sens technologique. Effectivement, il permet de simuler ce que doit être le produit, et donc l’usine qui doit y répondre, grâce à des équipes bien préparées.

Du reste, notre formation « Concevoir efficacement ses nouveaux produits » prend en compte ces différents aspects.

 


Quelle place prend le digital dans l’entreprise 4.0 ?

Progress Partners vous accompagagne sur le terrainIl s’agit de trouver le bon compromis : je prône une mise en œuvre mesurée et choisie du digital, là où il génère de la valeur. Comme nous l’avons vu, le digital fait le lien entre les briques. Et si sa place est essentielle pour cimenter ces briques, il ne doit pour autant pas être trop invasif.

J’accompagne les entreprises pour comprendre où et comment digitaliser le « juste nécessaire ». J’évite l’excès d’écrans ou de management visuel, et privilégie une approche que je qualifierais d’«artisanale», où les besoins des équipes sont estimés sur-mesure. En conclusion, la place de l’homme est plus que jamais centrale dans l’entreprise 4.0, c’est ma conviction.

«  Par conséquent, je prône une mise en œuvre mesurée et choisie du digital, dont le rôle essentiel est de cimenter les briques de l’entreprise 4.0. »

P. VANBERTEN

 

L’entreprise étendue 4.0 peut donc rester tournée vers l’homme  ?

L’entreprise étendue vit en effet une révolution en terme d’implantation géographique. Mais dispersion géographique et collaboration efficace ne sont pas inconciliables. A ce sujet, nous préconisons notamment la mise en œuvre d’e-Obeyas, c’est-à-dire des Obeyas dématérialisées. Elles permettent de réunir des sites distants, par exemple dans un contexte d’usine étendue (lire notre article sur les Obeyas).

Plus que jamais, les équipes auront besoin de certifications et d’accompagnement sur le terrain pour mettre en œuvre leurs connaissances dans un cadre digitalisé. Ensuite, les équipes vivent un changement de paradigmes et de repères auquel le coaching apporte des réponses très pragmatiques. Or, Progress Partners accompagne les équipes et les dirigeants pour s’adapter à ces transformations.

« Le digital fait le lien entre les briques de l’entreprise 4.0. La place de l’homme est plus que jamais centrale dans l’entreprise 4.0.»

P. VANBERTEN

 

Pour conclure, le digital fait partie de l’ADN de Progress Partners, qui sait l’amener dans les processus, là où il permet de faire le lien entre les grandes composantes de l’industrie 4.0. Enfin, nous amenons l’entreprise à réfléchir à la meilleure manière d’intégrer le digital, pour en faire un atout au service de sa croissance.

conseil et expertise Progress Partners

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Progress Partners vous guide !
Vous souhaitez obtenir plus d'informations sur les formations dispensées par Progress Partners, nous vous guidons pas à pas dans votre recherche.

Faites vous rappeler


Pour plus d'infos

contactez-nous

Contactez-nous
+33 1 77 49 27 00
formations@progress-partners.com